La dîme: une pratique à honorer!

La lettre de nouvelle bimensuelle N°13 du 25-02-2020

La dîme est une pratique qui date de fort longtemps en Israël, particulièrement dans l’ancien Testament.  La dîme  est un mot qui renvoie au vocable latin  decima, qui veut dire  « dixième ». Elle  est une contribution, un soutien que l’on donne sur ses revenus. Autrefois, elle était considérée comme un impôt spirituel que les juifs devaient payer pour aider les démunis (orphelins, veuves, étrangers) et les serviteurs de Dieu, selon la loi  livre de l'Exode.  Qu’est-ce que la dîme ?  Quelle est son origine et son utilité ? Comment calcule-t-on la dîme ? Voici dessiné devant vous les lignes maitresses qui vous amèneront à comprendre et à saisir le sens et la portée de la dîme

1.    Qu’est -ce que la dîme ? 

 A la question « qu’est-ce que la dîme ? » le Père Roland Bugnon, CSSP originaire de Fribourg en Suisse répond ceci : « Dans sa signification première, la dîme est une redevance ou un prélèvement, le dixième d’un gain ou d’une récolte, qui servait et sert toujours – sous d’autres dénominations – à l’entretien des personnes dont la vie a été mise au service du bon fonctionnement du Temple ou des institutions religieuses en général. Conscient que les lévites ou les serviteurs des prêtres de la Première Alliance ne travaillaient pas la terre et qu’il fallait leur donner le moyen de vivre, eux et leur famille, le législateur hébreu demande à la communauté hébraïque – qui bénéficie de leurs services – de subvenir à leurs besoins. »

La dîme est belle et bien la dixième part des revenus que l’on doit reverser pour à l’Eglise de Dieu. Voici ce que vous le prophète Malachie dit de la dîme et ses bienfaits : «Apportez toute la dîme à la maison du trésor, pour qu’il y ait de la nourriture dans ma Maison. Soumettez-moi donc ainsi à l’épreuve, – dit le Seigneur de l’univers –, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses du ciel si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance ! Pour vous, je menacerai l’insecte vorace : qu’il ne détruise plus les fruits de votre sol, et que la vigne de vos campagnes ne soit plus stérile, – dit le Seigneur de l’univers.» (Malachie 3:10-11). Il ressort donc de ce texte de Malachie une exhortation à donner la dîme et le Seigneur ouvrira sa bénédiction sur vous. Telle doit être le sens que vous devez avoir de la dîme

2.   L’origine de la dîme

Quand et pourquoi la fraction (« un dixième ») a été choisie pour le ‘‘taxe’’ sacré n´est pas très clair. Ce que l´on sait, c´est que cette coutume date de très longtemps et est très répandue dans l´antiquité, bien avant l´histoire d´Israël. La raison apparente de l´adoption d´un dixième est en rapport avec l´ancien système de comptabilité par dix, un système rendu simple par les dix doigts et les dix orteils communs à tout être humain. D´autre part, la dîme a été aussi sélectionnée à cause de sa similitude avec les nombres considérés comme sacrés, tels que : trois et sept.

Historiquement, l´on trouve cette pratique du prélèvement d´une partie de la récolte, de revenu ou encore de butin chez les Phéniciens, les Carthaginois et d´autres peuples de l´Antiquité. Les Egyptiens durent même donner jusqu’à 20 % de leurs récoltes au Pharaon pendant les sept années d´abondance précédant les sept années de famines annoncées par Joseph (Gn 41/34 ; 47/24-26).

Aujourd´hui, un parallèle clair peut être perçu entre le système de dîme d´Israël et le système d´imposition moderne actuel dans les différentes structures étatiques dans le monde : l´obligation de soutenir les ouvriers nationaux (voir cas des prêtres en Israël), leurs vacances (festivités à Jérusalem), et leurs pauvres (étrangers, veuves, et orphelins) par des dîmes annuelles. La plupart des systèmes fiscaux modernes ont le même objectif. Ce fut donc dans ce contexte que la puissance des lois civiles fut utilisée pour imposer la dîme au sein des structures religieuses. Spécialement, le décret de Charlemagne (785 après J.C.) n´offrait aux gens aucune option ; tous étaient taxés (donc obligés) de supporter l´église, qu’ils le veulent ou pas.

Le prélèvement de la dîme – dans toutes les formes qu’elle prendra au cours de l’Histoire – naît de la prise de conscience prise de conscience de la survie des hommes de Dieu consacrés au temple. Pour bénéficier des services de personnes disposées à travailler pour le Temple, l’Église ou une institution religieuse, il est nécessaire de leur fournir ce qui leur permettra de vivre. Le prélèvement de la dîme  est  appelée aussi denier du culte ou impôt ecclésiastique suivant les pays et les temps. Si, pendant des siècles, la dîme reste un prélèvement en nature, des produits de la terre, il se fait aujourd’hui en argent, sous forme de contribution volontaire (le denier du culte) ou d’impôt paroissial.

3.  Comment calcule-t-on la Dîme ?

La dîme est une redevance que vous devez au Seigneur maître du ciel et de la terre, lui qui a permis le progrès de vos activités. Ainsi le calcul se fait donc en divisant tous vos revenus de l’année en dix (10) parts, les neuf (9) parts vous reviennent pour votre survie et le 1/10 ème vous le donner à l’Eglise pour la survie des hommes de Dieu. Entre autres, la dîme peut aussi servir à la construction et l’entretien des temples, des églises et autres bâtiments de l’Église, au financement des activités et besoins des unités locales de l’Église et au financement des programmes de l’Église, dont l’enseignement et l’histoire familiale. La dîme se paie en privé et les renseignements la concernant restent strictement confidentiels. Dans un article publié sur www.saintnizier.fr et www.adventistemagazine.com le calcul de la dime prend différente formes. La dîme est perçue sur le revenu total après avoir payé les impôts. A l’instar d’Abraham et de Jacob, la dîme consiste à donner le 1/10ème de tous nos avoirs. Alors la signification que nous pouvons donner à la dîme est la reconnaissance à  Dieu ; chacun donnera sa dîme selon sa motivation intérieure.

La Dîme est un don que vous offrez à Dieu en signe de reconnaissance de ses bienfaits et de son amour. Elle est bénédiction pour vous qui l’accomplissez dans votre vie. Cela dépendra de l’élan intérieur.

 

 


Donations

Réseaux sociaux